Parla Cohn Bendit

Posted on in Politica e lingue 5 vedi

    Parla Cohn Bendit (Lib‚ration)
La tˆte de liste des Verts se d‚fend:
®Etre trait‚ de lib‚ral-libertaire ne me gˆne pas,
je le revendique¯
Par RECUEILLI JUDITH PERRIGNON
ET JEAN-MICHEL THENARD

Le mercredi 6 janvier 1999

[Q] uelle est la vraie pens‚e de Daniel
La pens‚e Cohn-Bendit, 53 ans, tˆte de liste des Verts
Cohn-Bendit aux europ‚ennes et, pour l’heure, tˆte de Turc de
l’ensemble de la classe politique? R‚ponses de
D‚coiffant l’int‚ress‚.
et rassurant
La chasse En ce d‚but d’ann‚e, on dirait que Cohn-Bendit est
l’homme … abattre. ‡a vous plaŒt?
au Dany est
ouverte Moi je trouve ‡a parfait. Et comme dans tout bon
®Etre western, il y a un rendez-vous … O.K.-Corral. Je
trait‚ de suis prˆt … d‚battre avec ChevŠnement, Hue,
lib‚ral-libertaire Pasqua, S‚guin, o— ils veulent et quand ils
ne me gˆne pas, je veulent, pour qu’ils puissent casser du ®lib‚ral¯.
le revendique¯
Quand les Justement, Robert Hue et Alain Madelin vous
accusent d’ˆtre ®lib‚ral¯. Lequel des deux a
vieilles amiti‚s raison?
se r‚veillent
Ni l’un ni l’autre. Pour la simple raison qu’ils
ont tous les deux la mˆme d‚finition du
lib‚ralisme, sauf que l’un est pour et l’autre
contre. Mon lib‚ralisme … moi n’a rien … voir avec
l’offensive d‚r‚gulative n‚olib‚rale qui a domin‚
la soci‚t‚ fran‡aise. Mais je suis persuad‚ que si
on dit non … l’‚conomie planifi‚e socialiste, on
dit oui … l’‚conomie de march‚. Il n’y a rien
entre les deux. A partir du moment o— je dis oui …
l’‚conomie de march‚, se pose alors le problŠme de
son adaptation … nos soci‚t‚s. Voil… le cadre dans
lequel j’installe ma r‚flexion politique: un
r‚formisme ‚cologico-social li‚ … une tradition
libertaire qui est effectivement non ‚tatique. Les
libertaires ont toujours accept‚ le march‚, c’est
pour ‡a qu’ils ‚taient d‚nonc‚s comme des
petits-bourgeois par les marxistes. Aujourd’hui,
l’accusation d’ˆtre un lib‚ral-libertaire ne me
touche pas. Au contraire, je la revendique.

Il est quand mˆme des domaines o— le march‚ ne
doit pas faire la loi?

Le march‚ ne doit jamais faire la loi. Il est
organis‚ et structur‚ par la loi et l’imp“t. Deux
exemples: l’imp“t ‚cologique sur la consommation
d’‚nergie peut permettre de baisser les charges
sociales. Cela soulage les entreprises tout en
r‚orientant la consommation d’‚nergie vers les
‚nergies renouvelables, ce qui r‚duit les gaz …
effet de serre et donc sert l’environnement.
DeuxiŠmement, l’erreur sur le ch“mage, c’est de
croire qu’il peut ˆtre absorb‚ par un simple
retour de croissance. Il n’y a qu’un exemple
n‚olib‚ral d’absorption du ch“mage, ce sont les
Etats-Unis, une soci‚t‚ o— la protection sociale
est cass‚e, et o— des pans entiers de la
population vivent au revenu minimum ou sans
protection sanitaire. Certes, il y a l…-bas
beaucoup plus de mobilit‚ que chez nous, mais
cette mobilit‚ a un co–t dans la vie quotidienne
qui ne fait pas partie de la culture europ‚enne.
Aux Etats-Unis, la lutte de classes, symbolis‚e
historiquement, entre autres, par l’ex‚cution de
Sacco et Vanzetti, n’a pas r‚ussi … imposer un
projet d’‚conomie sociale comparable au n“tre: il
s’agit donc d’un v‚ritable capitalisme lib‚ral. Le
projet europ‚en, quant … lui, est plut“t symbolis‚
par une ‚conomie de march‚ sociale r‚gul‚e par la
lutte sociale et par la cogestion syndicale.

Mais le problŠme en Europe, c’est que la lutte
sociale ne s’exprime plus que dans le secteur
public. Ne faut-il pas dŠs lors le pr‚server comme
un Œlot de r‚sistance … partir duquel r‚sister au
lib‚ralisme en marche?

Il est bon que la France d‚fende une certaine id‚e
du service public, mais aussi qu’elle la confronte
aux ‚volutions europ‚ennes. En France, on dit
service public; au niveau europ‚en, on dit
entreprise d’int‚rˆt g‚n‚ral. ‡a montre exactement
l’‚volution. La Bundesbahn (les chemins de fer
allemands, ndlr) a ‚t‚ privatis‚e. Et elle a
exactement les mˆmes problŠmes que la SNCF, avec
ses consommateurs, avec ses syndicats, avec
l’Etat. On s’aper‡oit que privatis‚ ou public, le
problŠme c’est de d‚finir un cahier des charges,
le droit pour tout citoyen d’atteindre n’importe
quel point du territoire … un prix convenable. Et
si le service public n’est pas capable de se
r‚former, il se saborde.

Faut-il le privatiser pour le r‚former?

Dire les choses comme ‡a pose un problŠme
dramatique. Car cela voudrait dire qu’en fin de
compte, il y a tellement de lourdeurs de
fonctionnement que seul le capital priv‚, parce
qu’il est m‚chant, parce qu’il veut gagner de
l’argent, arriverait … r‚former les grandes
entreprises, en terrorisant les salari‚s,
c’est-…-dire en leur faisant mal. Il faudrait
alors privatiser l’Education nationale, qui a
besoin d’ˆtre profond‚ment r‚form‚e. Claude
AllŠgre, lui, se conduit face aux enseignants
comme les enseignants face aux ‚lŠves. Dans toute
la strat‚gie des r‚formes des services publics,
c’est le savoir-faire qui manque. Y compris le
savoir-faire des syndicats, qui doivent ˆtre une
force de proposition, de gestion. L’enseignement,
la sant‚, la s‚curit‚, la justice d‚finissent les
pr‚rogatives de l’Etat, ils ne peuvent ˆtre
privatis‚s.

Existe-t-il, pour vous, des ®avantages acquis¯?

Evidemment. Le mouvement de d‚cembre 1995 a vu
deux logiques s’affronter … ce sujet, une gauche
traditionnelle, derriŠre le mouvement, et l’autre,
r‚formiste, qui disait: on ne peut pas continuer
comme ‡a. C’est dommage qu’on n’ait pas continu‚
ce d‚bat. Il faut essayer de faire un tableau des
acquis de la lutte de classes, il y a
effectivement un niveau de bien-ˆtre qu’il faut
d‚fendre. Et en mˆme temps, il faut admettre qu’il
y a une rigidit‚ de fonctionnement dans les
entreprises publiques qui font que celles-ci
n’arrivent plus … fonctionner. On en revient alors
… la notion de l’‚quit‚ dans une soci‚t‚. Est-ce
qu’il est raisonnable pour une soci‚t‚ d’accepter
la retraite … 55 ans pour les employ‚s de la SNCF
et pas pour ceux des autres entreprises, en
particulier priv‚es?

Vous ˆtes pour un service minimum en cas de grŠve
dans le service public?

Il faut une vraie discussion avec les syndicats
l…-dessus. Qui dit service public dit
responsabilit‚ publique. Il faut trouver un
‚quilibre entre la position l‚gitime des salari‚s
attach‚s au droit de grŠve et celle, aussi
l‚gitime, des consommateurs. De prime abord, je
serais pour moins de luttes corporatistes et
sectorielles et pour plus de revendications
fondamentales, donc des luttes plus radicales
comme pour les 32 heures ou la semaine de quatre
jours.

Vous pensez que le Smic est un frein … l’embauche?

Non. Mais puisque les patrons nous disent que c’en
est un, je leur r‚ponds, prenons un risque: si
vous embauchez des jeunes, ou des ch“meurs de
longue dur‚e, vous ne les payez que 5 000 F.
L’Etat rajoutera 2 000 F. A condition que
l’entreprise leur fournisse une formation. Mˆme si
l’entreprise ne les garde que quatre ou cinq ans
sans les embaucher de fa‡on d‚finitive, ils auront
eu une int‚gration sociale par le travail, donc
une nouvelle employabilit‚ qui pourra leur
permettre de trouver un autre job. Je ne r‚sous
pas avec ce systŠme le problŠme du ch“mage en
g‚n‚ral, mais je r‚sous pendant quatre ans le
problŠme de gens qui, depuis des ann‚es, n’avaient
pas de boulot. L’Etat donnerait une dynamique …
ses jeunes ou … ses ch“meurs de longue dur‚e.
C’est mieux que d’avoir le RMI.

Vous ˆtes pour donner le RMI aux moins de 25 ans?

Je suis pour que l’Etat donne un revenu aux jeunes
pour leur permettre de faire quelque chose. Si on
donne un RMI … un jeune qui n’a jamais travaill‚,
il participe un peu … la consommation mais il n’a
aucune perspective, c’est la limite de la mesure.
Ce que je trouve aberrant dans les emplois-jeunes,
c’est le conditionnement li‚ … la perspective d’un
emploi d‚finitif, qui exclut du programme a priori
tout le tissu associatif. Au lieu de privil‚gier
la formation par le travail en collaboration avec
les associations, on pr‚fŠre tenir … l’‚cart ces
associations. Travailler cinq ans en emploi-jeune
dans une association vaut s–rement mieux que
poireauter cinq ans au ch“mage en attendant un
mirage fixe.

Il faut plus de ®flexibilit‚¯ pour favoriser
l’embauche?

Ce qui nous empˆche de poser la question de la
flexibilit‚, c’est la difficult‚ d’organisation
des forces sociales. S’il pouvait y avoir un
accord entre les forces sociales, la flexibilit‚
pourrait ˆtre une certaine autonomie du choix des
salari‚s dans l’organisation de leur vie, comme le
pr‚conisent les syndicats italiens. Mais ‚tant
donn‚ la faiblesse syndicale en France, ce mot
‚voque tout de suite le terrorisme patronal. Une
flexibilit‚ contr“l‚e et n‚goci‚e peut apporter
aussi bien aux salari‚s qu’aux entreprises.

Vous avez souscrit … des fonds de pension?

Je suis pour le systŠme de retraites par
r‚partition. Je suis pour un revenu minimum
garanti, que ce soit pour les jeunes ou pour les
retrait‚s. Mais je pense que nous vivons dans une
soci‚t‚ malade de l’‚pargne. Plus les gens
‚pargnent, moins l’‚conomie fonctionne. En
paraphrasant Alain Lipietz, j’estime que les
familles doivent choisir entre un livret d’‚pargne
bien rempli ou du travail pour leurs enfants.
Aujourd’hui aux Etats-Unis, les familles
s’endettent pour consommer. L’assurance vie, c’est
quoi? C’est un fonds de pension. C’est 2,5
milliards de francs en France. Qui gŠre ‡a?
Comment? Voil… la vraie question: comment avoir
une influence sur le march‚ pour que cet argent
soit int‚gr‚ dans le processus ‚conomique. En
Allemagne, il y a dans les journaux des publicit‚s
pour un systŠme d’‚pargne-pension ‚cologique. Si
vous pouvez mettre tant d’‚pargne par mois, on
vous garantit que cet argent va ˆtre investi dans
des projets de proximit‚. La majorit‚ plurielle en
France doit trouver des solutions pour que cet
argent ‚pargn‚ soit r‚investi pour soutenir ses
projets et relancer l’‚conomie et la consommation
des m‚nages. Il faut aussi sortir des d‚bats
technocratiques. Je viens de lire que, pour
garantir le systŠme par r‚partition, il faudrait
faire passer la retraite … 65 ans. Cela ne veut
rien dire. Une personne de 60 ans ne peut pas
travailler de la mˆme maniŠre qu’une de 40 ans. Je
suis d’accord pour travailler jusqu’… 65 ans, si
on commence … travailler … mi-temps … partir de 55
ans. Je pr‚tend qu’un prof … 55 ans ne peut pas
faire un temps plein, c’est intenable pour les
jeunes et pour lui. Les profs pourraient, par
exemple, travailler dix heures par semaines entre
63 et 67 ans. On peut imaginer des choses comme
‡a. Une pr‚retraite active de 55 ans … 70 ans,
allant decrescendo.

Pour r‚sumer, votre propos c’est: ®Plus de
pragmatisme, moins d’id‚ologie.¯ ‡a n’est pas trŠs
diff‚rent du ®pragmatisme de gauche¯ th‚oris‚ par
Jospin.

C’est pour ‡a que je me reconnais dans la majorit‚
plurielle. Mais ma notion d’‚quilibre est
diff‚rente de celle de Jospin. Il y a d‚s‚quilibre
dans la strat‚gie du gouvernement concernant
l’urgence. Il pr‚voit par exemple trop tard un
geste pour les ch“meurs avant No‰l, ou encore
bloque toute initiative de r‚ductions des risques
pour prot‚ger les toxicomanes. L’audace face …
l’urgence, voil… ce qui manque au gouvernement.
L’urgence, c’est l’‚motion. Je crois
qu’aujourd’hui la majorit‚ plurielle n‚glige
l’urgence et l’‚motion, c’est pour ‡a qu’elle se
trouve parfois d‚s‚quilibr‚e.




0 Commenti

Ancora non ci sono commenti
Lasciane uno tu per primo!
You need or account to post comment.