LA BELGIQUE DECHIREE PAR LES QUERELLES LINGUISTIQUES

Posted on in Politica e lingue 7 vedi

LA BELGIQUE DECHIREE PAR LES QUERELLES LINGUISTIQUES

PAR EMMANUEL DEFOULOY
BRUXELLES, 9 SEPT (AFP) – LA BELGIQUE A REPLONGE EN SEPTEMBRE DANS LES QUERELLES DE LANGUES ENTRE FLAMANDS ET FRANCOPHONES, A LA FAVEUR DE DEUX DOSSIERS A FORT CONTENU EMOTIONNEL, ET A NEUF MOIS D’ELECTIONS NATIONALES ET REGIONALES QUI DEVRAIENT ENCORE AVIVER CE CONFLIT HISTORIQUE. TANT SUR LE STATUT DES FRANCOPHONES VIVANT EN FLANDRE QUE SUR LE DROIT DE VOTE DES EUROPEENS, LES FLAMANDS VIENNENT DE SUBIR DEUX REVERS, QUI ONT ENTRA#NE DE LA PART DE CERTAINS D’ENTRE EUX DES REACTIONS SOUVENT CRITIQUES, PARFOIS OUTREES. LE RAPPORT D’UN EXPERT DU CONSEIL DE L’EUROPE, QUI PRONE RIEN MOINS QUE L’ABANDON PAR LA REGION FLAMANDE DE SA NOUVELLE POLITIQUE LINGUISTIQUE EN PERIPHERIE BRUXELLOISE, A D’ABORD PROVOQUE LA COLERE DE L’EXECUTIF DE FLANDRE.
SON AUTEUR, LE SUISSE DUMENI COLUMBERG, "SEMBLE N’AVOIR RIEN COMPRIS DE NOTRE ORGANISATION DE L’ETAT" ET DONNE "UNE IMAGE UNILATERALE ET DISTORDUE DE LA SITUATION DES FRANCOPHONES EN FLANDRE", S’EST INDIGNE LE CHEF DU GOUVERNEMENT REGIONAL FLAMAND, LUC VAN DEN BRANDE.LA QUESTION DU VOTE DES EUROPEENS AUX ELECTIONS COMMUNALES, UN DROIT INSCRIT EN 1991 DANS LE TRAITE DE MAASTRICHT MAIS QUE LA BELGIQUE N’A TOUJOURS PAS TRANSPOSE DANS SA LEGISLATION, A AJOUTE DE L’HUILE SUR LE FEU DES RELATIONS ENTRE FLAMANDS ET FRANCOPHONES. LE GOUVERNEMENT FEDERAL DIRIGE PAR LE CHRETIEN-SOCIAL FLAMAND JEAN-LUC DEHAENE A EN EFFET FINI PAR ADOPTER LE 4 SEPTEMBRE UN PROJET DE LOI QUI ENTERINE CE DROIT DES LES ELECTIONS DE L’AN 2000, ALORS QUE CERTAINS FLAMANDS CRAIGNENT TOUJOURS QU’IL FAVORISE, SURTOUT A BRUXELLES, LES PARTIS FRANCOPHONES AU DETRIMENT DES ELUS NEERLANDOPHONES.SITOT ANNONCE, LE TEXTE EN QUESTION A SUSCITE LA FRONDE D’UNE POIGNEE DE PARLEMENTAIRES DU PARTI DE M. DEHAENE. OR, SANS LE VOTE DE CEUX-CI, LE PREMIER MINISTRE N’OBTIENDRA PAS LA REVISION DE LA CONSTITUTION INDISPENSABLE A L’ADOPTION DE SON PROJET DE LOI DEVANT LE PARLEMENT.CES DEUX DOSSIERS TEMOIGNENT DE L’INQUIETUDE DES FLAMANDS DE PERDRE# DE L’INFLUENCE A BRUXELLES, MAIS METTENT AUSSI EN VALEUR L’EXTREMISME DE CERTAINS, QUI POURRAIT SE RETOURNER CONTRE L’ENSEMBLE DE LA FLANDRE SI CELLE-CI EST MISE AU BAN DE L’EUROPE. LA VOLONTE DE JEAN-LUC DEHAENE DE REGLER LA QUESTION DU VOTE DES EUROPEENS INTERVIENT EN EFFET PEU APRES QUE LA BELGIQUE A ETE CONDAMNEE, DEBUT JUILLET PAR LA COUR EUROPEENNE DE JUSTICE DE LUXEMBOURG, POUR NON-RESPECT DE CE DROIT.DE MEME, LE CONSEIL DE L’EUROPE S’APPRETE A CONDAMNER LA NOUVELLE POLITIQUE DE LA REGION FLAMANDE, SYMBOLISEE PAR LA CIRCULAIRE DITE "PEETERS". ADOPTEE AU PRINTEMPS, CELLE-CI EMPIETE SUR LES "FACILITES" LINGUISTIQUES ACCORDEES EN 1973 AUX FRANCOPHONES DE SIX COMMUNES DE LA BANLIEUE DE BRUXELLES SITUEES EN FLANDRE, AU MOTIF QUE CEUX-CI N’ONT PAS APPRIS LE NEERLANDAIS, MEME APRES DES ANNEES DE RESIDENCE."LA CIRCULAIRE PEETERS A DESEQUILIBRE LE COMPROMIS" ENTRE LES COMMUNAUTES FRANCOPHONE ET FLAMANDE, RECONNA D’AILLEURS LE SOCIOLOGUE BRUXELLOIS KRIS DESCHOUWER, MAIS QUI NUANCE EN ESTIMANT QU’"ON TOUCHE LA A LA PSYCHOLOGIE PROFONDE DE L’HISTOIRE DE LA BELGIQUE"."LES FRANCOPHONES N’ONT JAMAIS ACCEPTE LE BILINGUISME, ALORS QUE LES DIZAINES DE MILLIERS DE FLAMANDS INSTALLES EN WALLONIE ONT APPRIS LE FRANCAIS", RAPPELLE-T-IL. LE DANGER QUI SEMBLE POINDRE AUJOURD’HUI EST QUE, A LA FAVEUR DES PROCHAINES ELECTIONS NATIONALES ET REGIONALES, CE BRAS-DE-FER LINGUISTIQUE EBRANLE LES FONDEMENTS D’UN ETAT FEDERAL BELGE DEJA BIEN AFFAIBLI .UNE CRAINTE RESSENTIE PAR LE PREMIER QUOTIDIEN FRANCOPHONE, LE SOIR, QUI "ESPERE QUE LA GUERILLA LINGUISTIQUE (FLAMANDE) N’EST PAS LE PRELUDE A UNE RADICALISATION EXTREME AU LENDEMAIN DES ELECTIONS DE JUIN 1999. SINON, LA CRISE DE REGIME SERA AU TOURNANT".

09 SEP 98




0 Commenti

Ancora non ci sono commenti
Lasciane uno tu per primo!
You need or account to post comment.