Jacques Delors favorevole all’uscita del Regno Unito dall’Unione Europea

Posted on in Europa e oltre 21 vedi

Jacques Delors, il socialista francese due volte Presidente della Commissione Europea, considerato uno dei padri nobili della politica continentale ha rilasciato un’intervista ad un giornale economico tedesco nel quale "suggerisce" al Primo Ministro Cameron, che aveva recentemente minacciato di uscire dall’Unione se questa non consentiva una rinegoziazione ad hoc favorevole al suo paese, di appunto portare a compimento la sua minaccia.

"I britannici si interessano solo dei loro interessi economici e a null’altro" ha detto lo statista francese ed europeo. Pur riconoscendo che il Regno Unito è un paese "strategico ed importante sul piano economico" ha poi aggiunto "ma esattamente come lo sono altri paesi", citando l’India e la Cina.

Secondo Delors quindi l’uscita dell’Inghilterra dall’Unione Europea sarebbe anziché un trauma, un’opportunità per entrambi: "potremmo proporgli altre forme di partenariato" come ad esempio "quella dello Spazio Economico Europeo o un accordo di libero scambio". Facendone quindi un "partner privilegiato".

Ma ciascuno a casa sua.

Le dichiarazioni di Delors alla stampa tedesca arrivano a pochi giorni dalla presa di posizione contro le minaccie di Cameron proprio del Ministro delle Fnanze federale Wolfgang Schäuble, che le aveva definite come un ricatto. Segno del nervosismo sempre più crescente nelle cancellerie Europee nei confronti del Governo londinese, e non solo.

Jacques Delors suggère au Royaume-Uni de quitter l’UE
Le Monde.fr avec AFP | 28.12.2012 à 15h19 • Mis à jour le 28.12.2012 à 16h20

http://www.lemonde.fr/europe/article/20 … _3214.html

L’ancien président de la Commission européenne, Jacques Delors, a suggéré, vendredi 28 décembre, au Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, face à son hostilité au processus d’intégration dans l’UE. "Les Britanniques s’intéressent seulement à leurs intérêts économiques, à rien de plus. On pourrait leur proposer une autre forme de partenariat", estime le socialiste dans un entretien au quotidien économique allemand Handelsblatt.
Jacques Delors, fervent partisan d’une plus forte intégration politique au sein de l’UE, évoque comme possibilités de partenariats avec le Royaume-Uni "une forme comme celle de l’Espace économique européen" (EEE) ou "un accord de libre-échange". Selon lui, la Grande-Bretagne resterait dans tous les cas "un partenaire privilégié" : "Il est stratégique et économiquement important, mais comme le sont aussi d’autres pays", comme l’Inde et la Chine.

"UN AMI PARTANT DANS LE DÉSERT"

Le chef du gouvernement britannique, David Cameron, qui subit les pressions des "eurosceptiques" de son parti conservateur, avait déclaré le mois dernier qu’il soutenait l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE, mais qu’il voulait "un nouvel accord" qui comporte une procédure de non-participation sur des problèmes-clés. Dans un entretien publié jeudi dans le Guardian, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a averti que ces tentatives de récupérer des pouvoirs aux dépens de l’Europe pourraient mettre l’UE en danger.

"Si chaque Etat-membre avait la possibilité de trier dans les politiques actuelles pour prendre celles qu’il préfère et rejeter celles qu’il aime le moins, l’Union en général et le marché unique en particulier se déliteraient rapidement", a-t-il déploré.

De son côté, Herman Van Rompuy a estimé qu’un départ du Royaume-Uni de l’UE serait comme si "un ami partait dans le désert". Avant lui, le ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, avait dénoncé une certaine forme de "chantage" de la part des Britanniques qui ne cessent d’afficher leur hostilité à davantage d’intégration européenne. "Nous souhaitons garder le Royaume-Uni dans l’UE et non le pousser dehors", a dit M. Schäuble dimanche dernier. Le Royaume-Uni appartient à l’UE depuis 1973 mais n’a pas rejoint la zone euro.




0 Commenti

Ancora non ci sono commenti
Lasciane uno tu per primo!
You need or account to post comment.